Publié par : youcefallioui | juin 22, 2010

Amuli aberkan – Lwennas Matoub

Bonjour à vous tous qui aimez Lwennas !

Juste  un modeste témoignage  à la mémoire de ce Chasseur de lumière.

C’est le jour anniversaire de l’assassinat de Lwennas. Comme vous tous qui l’aimez, j’ai eu une pensée pour lui. Pensons à lui à l’unisson et nos pensées lui parviendront…

Amuli aberkan n Lwennas izem n Jerjer

Noir anniversaire de Lounès Matoub – Lion du Djurdjura

Lounès MATOUB (1956-1998), chanteur kabyle engagé à la figure charismatique et aux vers incisifs, il clamait et chantait haut et fort la reconnaissance officielle de la langue amazighe en Algérie. Il fut assassiné en Kabylie le 25 juin 1998. Sa voix trace encore et à jamais des myriades d’étoiles dans la nuit noire qui l’avait emporté. Défenseur acharné de la démocratie et de l’identité berbère, sa poésie et ses chants portaient et continuent de porter un message universel empreint de liberté et de lumière.

Vous, qui vouliez sa mort ; vous pensiez l’avoir tué ; mais il est plus vivant que jamais !

Entendez ! Entendez  Sa voix rocailleuse et fière qui porte au loin le message de ses ancêtres : « Vous ne pouvez me tuer ! Liberté ! Liberté ! Liberté ! Liberté ! Liberté ! Liberté ! Tilelli ! Tilelli ! Tilelli ! Tilelli ! Tilelli ! Tilelli ! … Tamazight ar d-attili ! Taggurt yiggwas a-tt nelli ! »


Ayen… amuli…

 Ayen f-i yeghli iban

Yedda-d di ljernan

Ar tura heddren fell-as

Nekwni I-gellan d-imawlan

Deffir-es neggwi igheblan

Mi d-nemmekta Lwennas.

 

Awal yecna d-aquran

Nessen-it d-ameqqwran

Ameslay yeggwi-t wasif

Yak yegrareb deg’berdan

Yeggwedh si yal amkan

Axater azal-is ghwezzif.

 

Awal yenna d-azedgan

Fell-as uran inagan

Isem-is ikcem deg’mezruy

Ur ntettu ur neggan

Mi yeggul s Jmaâ lliman

Arrac ttawin-t deg’wqerruy.

 

Yiwen wass mlalegh yid-es

Ina-d eyyagh a-nhewwes

Nekcem ar yiwet lqawa

Hussegh s wul-is yuyess

Ibgha lbatel ad yekkes

Di tmurt a d-binent tregwa.

 

Tiregwa g-wedrar yenjer

Anwa ur nessin Jerjer ?

Anwa ur nesli i Lwennas ?

Seg’Gewawen ar At Yedjer

Tudert-is yakw temjujer

Tarwiht-is yeggwi-tt errsas.

 

Yehka-yid yiwen yizri

Afrux yufgen I tziri

Yeggul ur iris f-akal

Yufeg yeggwi-t ubehri

Avandu lehwa abruri

Yettnadi f tmurt n ttkal.

 

Yedda iggumma ad ires

Yewwet-is lebraq ar yighes

Ufan-t yeghli nnig Tizi

Af laârac tamrart tekres

F tmazight mazal taâkes

Ljur yerna di teghwzi.

Assa tassa-w tergagi

Kerhegh amuli-yagi

Mi d-mmektagh i-gedhran

Tudert n Weqbayli tneggi

Lehzen deg’warrac ireggwi

Erzag am akken d qedhran !

 

Ay awal i d-yessawlen

Awal I d-yejja Lwennas

Nezra idamen ttazzalen

 Mazal semsaden lemwas

A Rebbi ger-as-d ighalen

Ternudh essber I yemma-s !

Samedi, 25 juin 2011.


Lwennas – Aseggad n tafat

Ay akal ihemmel yexreb

Txilek hader ssifa-s

F-iles-is atas i-gεetteb

I-wakken a d-ibin wayla-s

Ar assa tasa-w texreb

Af ayen iεeddan fell-as.

Ay akal anida ylul

Keçç tezrid d-acu yeswa

Yak azekka-ynes deg’wul

Ljetta-s wergin terka

Immut af ayen yeggul

Lwennas yugar Mekka.

Ay akal ad ak iniγ

Ammer yunwas d-ass n lheq

Deg’wul-iw ad ak lliγ

As tesledh mi d-ibbaâzeq

Am netta wergin ufiγ

Awal-is  iheggu yneq.

Yeggwra-d wawal i-gecna

Teggwra-d taγwect deg’genwan

Mazal yakw ayen yenna

Amzun d-itij i d-yedhwan

Isem-is mechur di tmura

Hemmlen-t medden d-imawlan.

Cfiγ yiggwas di ccetwa

Nemlal xas ur nemyusan

Yenna-k a-nsew lqahwa

A-nmeslay f-ayen ur nuksan

Assenni i zriγ i-genwa

Icuba ar wedrar yefsan.

Ggwiγ-d awal f Lwennas

Izem g-wakal d yizran

Ma yxus agh taâfu yemma-s

Nettawi-t seg’wul zzran

Ayen ara d-nini fell-as

Yak iggwi lâaz d-ameqqwran.

Paris, le 25 juin 2000.

J’ai eu l’honneur et le bonheur de rencontrer Lwennas Matoub une fois.  Je ne le connaissais pas.  Je sortais de la Sorbonne et je tombai sur un jeune homme que j’ai eu du mal à reconnaître : Jean, tee-shirt et basket ! Je n’avais pas l’habitude de voir Lwennas Matoub dans cette tenue…  C’est lui  qui vint vers moi spontanément pour me saluer. Quel ne fût mon étonnement ! Après les salutations d’usage, il me proposa d’aller prendre un café ! Je ne croyais pas mes oreilles !

Une fois attablés, je lui demandais : « D-acu ara teswedh ? » Il me répondit : « Di laânaya-k m’ur yi-d nnidh qbel d-acu ara teswedh kecci ! »

Je lui dis alors en riant : « Nekk hemmlegh coca-cola ! »

Il se tourna vers le garçon et lui cria : « Deux coca, SVP ! »

Bien des années après, je rencontre quelqu’un qui le connaissait et à qui je raconte ma rencontre avec Lwennas. Il me dit plein d’étonnement : »Je suis étonné qu’il ait pris un coca cola, car il aime tout à fait autre chose ! »

J’ai fini par comprendre que si Lwennas avait pris la même boisson que moi, c’était une  façon de me témoigner le respect qu’il éprouvait pour moi ! N’est pas respectueux qui veut ! N’est-ce pas ?

Nous nous étions quittés après qu’il m’ait donné son numéro de téléphone. Je ne l’ai jamais appelé, non pas que je sois fier – comment l’être face à ce grand homme devant qui j’étais et je demeure insignifiant ! – je le voyais toujours très entouré… Je craignais simplement de le déranger et…  surtout de déranger ceux qui l’entouraient…

Youcef Allioui – 22 juin 2010



Responses

  1. Cher monsieur,

    j’ai eu l’occasion de lire votre bouquin « Aarchs tribus berbères de Kabylie » et je vous en félicite.

    En parcourant le web j’étais choqué de trouver un blog sur les Ath Waghlis où est attribué l’origine du nom de Waghlis aux Kull Oughlis d’origine turcs.

    On vous sera reconnaissant si vous intervenez dans le débat en apportant un éclairage sur l’origine du nom de cette tribu.

    http://linkii.net/d6i

    Cordialement

    • Azul ay Aweghlis !

      Vous savez que beaucoup de sottises ont été écrites et continuent d’être colportées sur les Kabyles, la Kabylie et le nom de certaines tribus kabyles comme la vôtre et la mienne et bien d’autres encore. Il va de soi que cela est dû à la méconnaissance de la langue kabyle. Bon nombre d’erreurs – quand elles ne sont pas dictées par une volonté consciente de nuire par le mépris et la haine que certains éprouvent pour le peuple kabyle, de tout temps fier et indomptable – sont donc provoquées par l’ignorance totale de notre langue et de notre culture. Il est facile de comprendre le mot Aweghlis dès que l’on parle kabyle. Ce mot qui correspond au nom de la tribu des At Weghlis (chef lieu de ce Arch : Sidi Aïch) a pour racine GHLS. Ce lemme nous donne donc « Aghilas » (panthère) et timeghlas (décoration de vêtements par des couleurs vives et noires). D’où les deux acceptions que je mets en avant dans le livre que
      vous citez sur les Archs kabyles. Racine que nous pouvons traduire (dans notre langue) par la phrase suivante : « Les fils de la panthère » ou « Ceux dont les habits (ou la tunique) rappellent la panthère. » Les Anciens de l’Arch des At Weghlis – que j’ai questionnés à ce sujet – penchent davantage pour la première signification. Et l’on comprend aisément pourquoi : nous disons en kabyle : « Seul un âne dévalorise ses origines ! »
      J’espère, cher ami, avoir été très clair. Rassurez-vous, il n’y a absolument aucune relation entre les Kouloughlis que l’on prononce en kabyle IQOULIYEN. Vous voyez donc que l’on peut faire la part du vrai et du faux dès que nous disons et nommons les choses, les événements et les hommes dans notre langue : en tamazight.
      En conclusion, aucun rapprochement ne peut être fait – sauf par des ignorants ou des imbéciles ou les deux réunis ! – entre At Weghlis et IQOULIYEN. Il suffit d’écrire les noms en kabyle pour s’apercevoir que le premier n’a absolument aucun lien avec le second et vis-versa !

      J’espère avoir répondu à votre question. Lehna tafat, ar tufat.

      Youcef Allioui

      Mise à jour du commentaire et apport de l’historien Mouloud GAID :

      Je vous renvoie justement à un livre de l’historien Mouloud GAID qui porte le titre de sa tribu « Les Beni-Yala ». Là, vous aurez la preuve que monsieur GAID parle bien des Ath Weghlis : des Beni-Weghlis plus exactement : car il reprend la forme arabisée « Ben » des historiens français en lieu et place de son équivalent kabyle « Ath » qui signifie la même chose : « Les fils de »). Reportez-vous à la page 60 et suivantes et vous constaterez que ce grand historien a adopté le même nom que moi, donc la même thèse que celle j’avais mise en avant en ce qui concerne votre Arch, Les Ath Weglis.

      Gaïd Mouloud, Les Beni-Yala, Office des Publications Universitaires – Alger, pp. 60 et suivantes.

      Bien fraternellement à vous.

    • Vous oubliez de signaler la bibliographie et références du site:

      DONT:
      -Mouloud Gaid : les berbères dans l’histoire .
      -Auguste Veller : Monographie de la commune mixte de Sidi-Aich.
      -Revue Africaine Tome 1 à Tome 5.3 .
      -L’insurrection de la Kabylie 1871 L.RINN .
      – L’occupation espagnole en Afrique 1506-1574. Marechal Mac mahon et le Duc de maganta.
      – Origine et migration des tribus en Algérie . E.de Carette
      – Recueil des traités de la porte OTTOMAN . Le baron I.de TESTA
      – Histoire de la conquête d’Alger . 1856 Alfred Nettement.
      -Exploration scientifique d’Algérie 1840,1841 et 1842 commission académique.
      -Indigènes d’Algérie . LOUIS DE BANDIGOUR.
      -La grande Kabylie sous la domination turc. HENRI AUCAPITANE. 1857
      – archives personnelles

      Tous les éléments de réponse vous sont communiqués au forum du site en question et ce n’est pas en vous rendant sur le site de ce Monsieur Youcef Allioui
      que vous allez contredire MOULOUD GAID un éminent historien.
      Biensure ce dernier sans s’entourer d’amples informations est vite aller en besogne pour traiter cette historien d’ignorant et d’imbécile.
      C’est une honte ya les BREBRE comme le dis si bien MOHYA !!

      De Youcef Allioui à monsieur Slaouti :

      Vous oubliez le livre d’histoire le plus important de monsieur GAID – qu’il a consacré à la Kabylie à travers sa confédération (celle des Ath Yaâla).

      Gaïd Mouloud, Les Beni-Yala, Office des Publications Universitaires – Alger, pp. 60 et suivantes (où il s’agit des Ath Weghlis).

      • Bonjour monsieur,
        Azul fell-ak !

        « On vient de m’apprendre… » Ecrivez-vous dans un autre commentaire… d’un ton vindicatif et fielleux ! « Les temps ont changé monsieur ! » Vous aurait justement dit mon humble et très cher ami Mohand U-Yahia.

        A-win yessagwaden aruy
        Ecfu f-lwukud beddlen
        Macci s tyita uqerruy
        Ittmiwaten yergazen
        Xas nessen kra deg’wmezruy
        Taqbaylit wlac i-tt yifen !

        Revenons sur mon propos concernant les At Weghlis qui n’ont rien à voir – absolument rien à voir avec les Koull-Oughlis !! Sauf si l’on veut rire un moment… mais la chose est trop sérieuse (et importante) pour que l’on puisse se le permettre, car il s’agit d’un Arch kabyle et qui dit Arch, dit « Taqvaylit » !

        Une première chose : je n’ai jamais traité monsieur Mouloud GAID d’imbécile, comme vous dites ! Je vous laisse la responsabilité d’une telle déclaration.
        Pour votre gouverne, j’ai eu l’honneur de rencontrer ce grand monsieur et j’ai lu tous les ouvrages (ou presque) de cet éminent historien – pour lequel j’éprouve un grand respect et un intérêt scientifique certain pour ses recherches. Et je n’ai jamais manqué de le citer. Il suffit de vous reporter à mes écrits pour en avoir la preuve.

        Deuxième : Quant à ce que je dis à propos de At Weghlis, je le maintiens fermement. Mon propos s’appuie sur ma connaissance de la langue kabyle et pour cela Mohand Ou-Yahia que vous citez aussi de façon débonnaire – qui était mon ami – vous aurait dit la même chose que moi s’il était encore parmi nous !

        Troisième : Qu’une racine linguistique soit la même à travers plusieurs langues et plusieurs pays, cela s’appelle un fait stochastique. Cela ne signifie pas que ce lemme conduise à un même sens ou à une même réalité… Tous les linguistes sérieux vous le diront.

        Quatrième : C’est pour cela que je me suis toujours appuyé sur notre langue pour
        comprendre et expliciter les choses. Un exemple pour rendre les choses un peu plus claires : Le nom de la tribu « Iflissen n wemlil » est traduit par certains historiens – qui ignorent la langue kabyle – par « Iflissen fils de la nuit ». Pourquoi ? Parce que En traduisant en arabe Oumlil (qui signifie « argile » en kabyle), ils ont compris tout à fait autre chose « mère et nuit » (oum ellil) ; d’ou la traduction du nom de cette tribu kabyle (Iflissen Wemlil) par « Les fils de la nuit ». J’en ai comme cela de quoi faire un ouvrage entier !

        Cinquième : Si on veut retrouver le véritable sens des mots et des noms en Afrique du Nord et en Kabylie, il faut d’abord s’appuyer sur la langue tamazight. Et quand il s’agit de la Kabylie, la langue kabyle est un préalable pour la compréhension des choses, des évènements et des hommes et des femmes de cette fédération.

        Ceci dit, je regrette votre façon de déformer les choses – vous me rappelez certaines années sombres qui ont obligé le MOHYA – que vous citez avec tant de légèreté pour ne pas dire autre chose – et bien d’autres à quitter leur pays. Changez de style ! Nous avons changé d’époque… la langue tamazight est aujourd’hui langue nationale en Algérie et elle est en passe de devenir langue officielle au Maroc..
        Et si vous voulez faire plaisir à Mohya, appuyez-vous sur la langue kabyle – comme il le faisait si bien – pour mieux comprendre les choses.

        Bien fraternellement à vous et sans rancune.

        Lehna tafat, ar tufat !

        Youcef Allioui

        P.S. : Néanmoins, je regrette d’avoir été excessif à propos de ceux qui ont déversé tant de haine, de contrevérités et de mensonges sur les Berbères en général et sur les Kabyles en particulier et notre langue. Si certains sont pardonnables, car ils l’ont fait par ignorance de la langue tamazight ; d’autres, en revanche, ne l’ont fait que par mépris et une volonté de nuire à notre langue et à notre peuple.

        Enfin, les lecteurs de mon blog (et de mes écrits) sont assez avisés et sagaces pour faire la part des choses entre votre propos et le mien !
        C’est ainsi que les hommes et la science avancent » (Akka ytteddu tussna d yergazen).

  2. Merci beaucoup cher ami,

    Je suis fier que notre peuple détient encore des esprits éclairés comme le vôtre.

    Tout en vous souhaitant une bonne continuation dans tout ce que vous entreprendrez.

    Amicalement

    Waghlis

  3. Cher monsieur Slaouti !

    Le mensonge vous plait… mais seule la vérité demeure.

    Je n’ai jamais insulté qui que ce soit et encore moins l’éminent historien dont vous vous gargarisez avec le nom : un nom si précieux que l’on doit dire et écrire avec beaucoup de précaution et de respect, monsieur SLAOUTI !

    Les gens et les lecteurs qui me connaissent savent que vous êtes un menteur de haute catégorie !
    Vous écrivez des mensonges sur moi comme si vous faisiez de la pub pour OMO !

    C’est bien triste… pour vous monsieur SLAOUTI !!

    Maâna lweqt ibeddel, ilaq ula d kecc a-t beddledh ! Ama yehwa-yak, ama ur-k ihwi !
    Mi-kin rrigh awal, macci d kecci i-gi-yi tuqaâ ; bghigh medden ad walin belli teskiddibedh. Akken qqaren Imezwura nnegh : Wlac win ittghummun itij s-ugherbal.
    Ihi ay argaz n slawt : Seddew ubrid, Nnig ubrid, leqrar-is d-abrid !

    Mais, comme il faut bien plus que vous pour m’impressionner,
    Et au-delà de votre commentaire auquel j’ai répondu, je vous remercie (quand même) pour cet article sur l’éminent historien Mouloud GAID que j’apprécie et dont j’ai lu tous les ouvrages que vous citez et même des manuscrits personnels que j’ai eu l’honneur de lire et d’apprécier.

    Bien fraternellement à vous. Youcef Allioui

    PS : SLAOUTI. Savez-vous ce que signifie votre nom en kabyle ?
    Si vous cherchez bien, vous trouverez également des lemmes (SLW) qui correpondent à votre nom dans d’autres pays et dans d’autres langues. Pourtant, en kabyle, cela signifie tout autre chose…

  4. Eléments de réponse :

    L’histoire des Ath waghlis du blog : http://www.ait-daoud.dzblog.com est écrite sur la base des ouvrages de Mouloud Gaid comme référence primordiale et les différents ouvrages cirés en bas de page comme référence bibliographique.
    Vous êtes ferme cependant lorsque dans votre conclusion vous affirmez que ceux qui essaient de faire un rapprochement IQULIYEN (kull oughlis) et les waghlis sont des ignorants ou des imbéciles ou les deux réunis.
    Par ricochet GAID MOULOUD en est un (pardon da el mouloud) puisqu’il est résolument opposé à cette thèse. Ce sont ceux là qui ne s’alignent pas à votre opinion de considerer waghlis comme étant une panthère qui sont réputés êtres des intellectuels pour vous.
    Pour ne pas m’étaler davantage sur ce chapitre, je voudrai vous rappeler qu’on peut trouver dans son ouvrage « LES BERBERES DANS L’HISTOIRE » les précisions suivantes sur les kull Oughlis.

    Page 36 – Hassen fils de Khierddine est aimé des Algérien et kull Oughlis parceque de mère Kabyle – Il y a mariage entre turcs et kabyles n’est ce pas !

    Page 32- ce n’est qu’en 1626 que commence à se poser le problème des Kull Oughlis nés de père Turc et de mère Algérienne en leur interdisant d’entrer dans les milices.
    Beaucoup des Kull Oughlis demeurent dans les petites villes de BLIDA, MILIANA, KOLEA et ceux dont la mère était kabyle se réfugièrent chez leurs oncles maternels.
    C’est pour cela d’ailleurs que l’on rencontre KHODJA, TOBJI, ZEMERLI, BASTENDJI, KARA etc.
    En Kabylie, ils proviennent de Janissaires en retraite issue des garnisons locales proches. On en trouve à Tizi-Ouzou, à Sidi-Aïch au Beni Yala proche de Bordj Zemmouri eu Sébaou , à Boghni etc…

    Pour votre information la signification de Ouaghlis en Turc est explicitée sur le blog précité . Il est également usité dans les pays antérieurement annexé par l’empire Ottoman. On en trouve même en Géorgie.
    Ainsi l’histoire ne peut être phagocytée par ceux là même qui prétendent défendre la cause Amazigh ! GAID Mouloud a rejoint à 80 ans (1995)le haut commissariat de l’amazighité et s’est totalement dévoué à l’idéal qu’il a épousé dés sa tendre jeunesse « Ecrire et enseigner l’histoire dans le strict respect de la vérité, c’est assurer à l’égard de nos ancêtres et des générations montantes notre devoir de mémoire »
    Ceux qui sont à l’encontre de ce principe, ne peuvent êtres considérés que comme des ignorants ou des imbéciles .
    Signé : BELAID SLAOUTI

    • Monsieur Slaouti,

      Je conviens que j’ai été excessif car je n’ai pas nommé ceux auxquels mon emportement s’adressait. Mais je maintiens que vous êtes de mauvaise foi ! En homme averti, que vous semblez être, vous savez très bien que l’idée de m’attaquer à quelqu’un que j’apprécie, que je connais avec qui nous avons partagé beaucoup d’amis et notamment la famille Awedjhane que je me permets de citer dont le Docteur Ali Ouwejhane qui était l’un des meilleurs amis de mon père et de monsieur GAID Mouloud. Vous savez très bien de quels ignorants et imbéciles je parlais : en aucun cas, je ne me serai permis de mettre en cause un compatriote et qui plus est, monsieur GAID QUE JE CONNAIS ET LU BIEN MIEUX QUE VOUS ! Epargnez-moi donc votre bibliographie, car j’ai beaucoup mieux ! Vous savez bien que je parlais de certains ethnologues et historiens français (Je vous renvoie à une préface que j’ai faite du livre de Mercier : « La question indigène » – Aux éditons L’Harmattan). Mais comme vous cultivez l’ambiguïté et la mauvaise foi, vous m’accusez d’insulter non seulement un grand résistant, un grand historien, mais aussi et surtout : UN GRAND AMI DE MA FAMILLE !!
      Quant à Taqbaylit : je vous renvoie à mon blog pour que vous sachiez exactement ce que c’est ! Si cela ne vous suffit pas, je vous invite à une conférence que je donnerai le 25 juillet prochain à Awzellaguen (qui est mon arch). Vous savez, là où avait eu lieu le Congrès de la Soummam ? Vous serez ainsi mon contradicteur car je reviendrai sur cette discussion autour des At Weghlis et des Archs kabyles en général.
      Je vous ferai visiter ensuite le cimetière des martyrs d’Awzellaguen et je vous laisserai compter parmi ces martyrs le nombre de tombes qui portent mon nom… Et vous serez peut-être alors ramené à la raison quant aux leçons de courage, de probité, d’honnêteté et d’autres qualités kabyles que vous voulez me donner !!

      Si vous êtes en France, je serais heureux de vous rencontrer.

      Salutations fraternelles.

      Youcef Allioui

  5. Justement, je n’en revenais pas, connaissant votre tempérament à travers les interviews que vous avez accordés à BRTV. J’étais vraiment surpris après la lecture de vos propos sachant que vous disposez d’une bonne capacité d’analyse et de synthèse de rédaction et surtout d’expression.
    Maintenant mettant de coté ce quiproquo d’ailleurs je n’en tiens plus rigueur et ravi d’apprendre que vous êtes lié d’amitié avec GAID.
    J’espère être parmi vous lors de la tenue de la conférence du 25 juillet, je suis waghlissien juste du arch mitoyen et peut être avoir votre opinion sur le rapprochement du Zenatia du Mzab de Ouargla et de l’oued Rir avec Tamazight.

    Bien à vous
    Et sans rancune
    SLAOUTI BELAID

    Bonjour monsieur Slaouti !
    Azul a mass Slawti!

    W’ur nettnelqlab ad yeqres ! Hemdulleh i-mi d-tughaledh s-abrid !

    Je suis ravi de vous voir revenir à la raison. Ce qui montre que je ne m’étais pas trompé sur la qualité de votre personnalité malgré ce que vous aviez pu écrire ! Sans cela, je ne vous aurai jamais répondu. Vous comprendrez que des commentaires sur moi, mes écrits et mes interventions suscitent beaucoup de réactions pas toujours « amicales », c’est le moins que je puisse dire.
    Mais, s’agissant de vous, malgré votre glissement, je savais que « vous étiez de bonne foi » en vous lançant dans la défense de Dda Lmulud At Lqayed dont vous ignorez les attaches avec ma famille et moi-même.

    Comme je vous l’ai déjà dit, je serai heureux de vous rencontrer pour continuer (amicalement) ce dialogue. Et je serai heureux de vous dire ce que je connais de ce rapprochement entre les parlers amazighs des Ath Waâban (Tawaâbanit) du Mzab et de celui de Wergla (Tawerglit) qui ne sont en fait qu’un seul et même parler : Tazennatit.

    En attendant, je vous dédie cette pensée des Ath Wergla (Akken qqaren yakan Iwergliyen (ad ak hdugh tawalt agi nsen) :

    « Dieu ne donne créance qu’au bien et il écarte le mal. Que l’homme de bien emporte le bien ! » (Rebbi yettamen s lxir, yugi f ccerr ; Lxir nn-iw, ccer nn-es ; ini yiwwi-ten ggaâ !)

    Bien fraternellement à vous.

    Youcef Allioui.

    • Mr SLAOUTI
      J’admire votre franchise et votre réponse est convaincante à plus d’un titre. Au moins vous vous nous renvoyez à des références d’historien de chez nous.
      Encore une fois Bravo
      Assia

  6. ⴰⵣⵓⵍ ⴼⴻⵍⴰⵡⴻⵏ
    ⵡⴰⵍⵉⵎ
    http://ait-daoud.dzblog.com/pages/Origine_de_lappellation_Beni_Ouaghlis-7704019.html
    ⵜⴰⵏⴻⵎⴻⵔⵜ


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :