Publié par : youcefallioui | octobre 28, 2011

Meyyen Ellem !

Yenna-yas wemghar i mmi-s : « Ellem, meyyen nagh a-tt bbibbedh tabarda g-welghwem ! »

Le sage dit à son fils : « Pense et prends conscience (de ta condition) ; sinon tu porteras la selle d’un chameau ! »

Traduction : « Pense à ta condition d’hommes et d’Amazigh (pour te libérer), sinon tu porteras à jamais le fardeau de l’oppression et l’injustice ».

MEYYEN ! PENSE !

Deux mots « scientifiques » désignent la pensée et la conscience en kabyle : Tamayna – qui nous donne le verbe « meyyen » et « Allem » qui nous donne un verbe  « ellem » (prendre conscience, penser et réfléchir sur) qui est aussi synonyme de « faire du fil de laine ».  Nous retrouvons ces mots à travers les contes  (le conte :  « L’ogresse et la femme kabyle » : non encore édité) les énigmes et les mythes (Le sage des lumières – Lewli n tafat –  dans « Les chasseurs de lumière »)  comme beaucoup d’autres mots « scientifiques » qui sont d’actualité et que d’aucuns croient que notre langue en est totalement dépourvue !

« Kra g-gwin iknan i ddel, Rebbi irennu-yas asadel ! »

« Celui qui s’incline devant l’oppression, Dieu l’oppresse davantage encore ! »

Meyyen meyyen ay afrux

Meyyen i-gsusem wezru

Asennan terrid-t d lxux

Awal yuγal d-asefru.

Yenna baba : « Jeddi-k Muhend yeqqar :

« Yal tamurt s wudmawen-is, ma d Rebbi yiwen i-gellan »

« Chaque pays a ses visages, mais Dieu est partout le même. »

– Mlalen ssin ttmeslayen af wis tlata :

Yenna-yas umezwaru : « Ammer neddukkel, tili is tifsus taâkwemt. »

Yerra-yas wis ssin : « Ammer neddukkel, tili i nekkes  taâkwent ! »

1 – Imawlan lehna

Idurar tarwa

Akal d lεefya

T-tadukli ger watmaten.

2 – Axxam herz-it

Aqcic rebbi-t

Gma-k hader-it

Akal kerz-it

Iger ssw-it

Erfed w’ur nesεi ifadden

Ma d Rebbi anf-as i medden !

3 – W’ur nessin tamacahutt,

a-k yini : « As beddleγ awal ! »

Celui qui ne connaît rien du conte, te dira : « Je vais en changer les mots ! »

1 – Ma teffγed i tmurt-ik, tkecmed tamurt g-wiyad : ili akken llan ljiran-ik, naγ erfeε axxam-ik ger-asen !

Si tu quittes ton pays et que tu veuilles vivre dans le pays des autres : fais comme tes voisins ou bien vas habiter ailleurs !

2 – Wi’sân iles yetwennes. Qui a une langue se sent en sécurité.

3 – Yenna-yas bururu i wjehmum : »Iles ineqq iheggu ! »

Le hibou a dit au merle : « La langue tue et ressuscite ! »

4 – Yal tamurt s wudmawen-is, ma d Rebbi yiwen i-gellan.

Chaque pays à ses visages, mais Dieu est partout le même.

5 – Ma yessuter-ak-d Rebbi ul-ik, efk-as-t. Ma yessuter-ak-d iles-ik d wakal-ik, in-as : »Ala ! » Mebla iles-ik d wakal-ik, ur tesεidh ul, ur tesεidh tasa !

Si Dieu te réclame ton coeur, donne-le lui. S’il te réclame ta langue et ta terre, dis-lui : »Non ! » Sans ta langue et ta terre, tu n’as ni coeur ni foi !

6 – Tenna-yas Teryel : »A Tikkuk gre-d γuri, keccini tesned a-ttmurt : wigini xedεen Rebbi yerna kkaten di tmetut ! »

L’ogresse a dit : »Ô coucou, viens à mon secours, toi qui connais si bien les hommes du pays : ces gens-là ont trompé Dieu et ils continuent d’humilier la femme ! »

7 -Tenna-yas tqubaεt : »Wi sεan tahbult, yecc kan azgen ; wi sεan azgen yecc kan tarebεett ; wi’bγan tilawin yaγ kan yiwet ! »

L’alouette a dit : »Qui a une galette n’en mange que la moitié ; qui a une demi galette n’en mange que le quart ; qui veut aimer les femmes, n’en épouse qu’une seule ! »

8 –  Tenna-yas tbellalt : »Kullec yella di tmellalt. » La libellule a dit : »Tout est contenu dans l’oeuf. »

9 – Tenna-yas tqubaεt :

Ma yella Rebbi deg’i, mayna !

Ur ttnadiγ anda yella !

Ma yella Rebbi wlac-it deg’i, mayna !

Ur ttdheggiεeγ lweqt-iw, ur tettnadiγ !

Rebbi ixeddem akken ibγa : izra anda ttiliγ !

L’alouette a dit :

Si Dieu est en moi, tant mieux !

Je ne perdrai pas mon temps à le chercher !

Si Dieu n’est pas en moi, tant mieux !

Je ne perdrai pas mon temps en voulant le chercher !

Dieu fait comme il veut : il sait où me trouver !

10 – Nnecraha n weγyul : d-aγzaz di gma-s ! La plaisanterie de l’ âne : c’est de mordre son frère !

11 – Erfed ayla-k, Rebbi ak yernu di tmusni.

Erfed aberrani, Rebbi ak yini : « I wumi ? »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :