Publié par : youcefallioui | février 2, 2012

Azawad – ma terre !

SAMEDI 04 FEVRIER 2012 – ASSEMBLEE NATIONALE

Reconnaissance du Peuple Amazigh sur ses terres

RASSEMBLEMENT EN SOUTIEN A NOS FRERES TOUAREGS DE L’AZAWAD.

SOYons NOMBREUX POUR LEUR TEMOIGNER NOTRE SOUTIEN !

Seule l’union entre les Imazighen permettra leur reconnaissance et le respect de leur Identité et de leurs différences.

Soyons nombreux et solidaires !

Veillons à la survie de notre peuple !!!

1 –-  Soyons ensemble et solidaires !
2 –- Echangeons nos savoirs !
3 –-  Soyons curieux  de ce qui nous arrivent !
4 –-  Soyons créatifs pour sauvegarder notre identité !
5 –-  Cultivons le devoir de mémoire amazighe !
6 –-  Cultivons nos liens et informons l’opinion internationale !
7 –-  Multiplions les rencontres !
8 –-  Propager l’information qui touche les Imazighen !
9 –-  Créons une dynamique pour couper les sentiers diplomatiques qui nous ignorent et qui nous noient dans un pseudo-monde arabe !
10  –  Mettre en avant la langue amazighe !

Mythe transmis par ma mère, TAwes Ouchivane

(1909- 1992)

Izri n tismin n Wegdud Amezwaru – Mythe de la jalousie du peuple premier

A-macahu ! Tellem cahu !

Quand notre mythologie se mêle de notre survie !

Le jour où les Kabyles mettront en place une solidarité telle que nous l’avons héritée des Anciens et qu’ils mettront fin à leur jalousie maladive, ce jour-là, le soleil les couvrira de ses rayons… C’est dans le mythe que les Anciens ont appelé :  » La jalousie du peuple premier » (Tismin n’At ttmurt).

Le peuple kabyle est devenu si jaloux… La sagesse et l’amour quittèrent les coeurs et les paroles des uns envers les autres…
Alors un vent glacial essaimait la jalousie de village en village, de Arch en Arch, de région en région… Partout où ce vent de jalousie mortelle passa, plus personne ne survécut… Seule la haine et la jalousie occupaient les gens comme s’ils étaient insouciants de la mort qui les guettait…

Jusqu’au jour béni du Souverain Suprême (Agellid Ameqqwran) où  Bab Idourar (Le maître des montagnes) a renvoyé ce vent glacial et mortel de jalousie par un autre vent fait de son souffle plein de bonté, de tendresse et d’amour pour son peuple.
Partout où ce souffle passa, les gens entendirent les mots du sage des montagnes : « Soyez unis ! Soyez frères ! Tuez la jalousie qui est en vous ! Tuez l’ignorance qui vous habite ! Soyez solidaires et vous vivrez à jamais heureux et aimés du Souverain Suprême et des autres peuples. Et l’on dira de vous que vous êtes un peuple digne et habité par la sagesse, l’union et la lumière des Anciens ! Car comme tous les autres peuples de la terre : vous avez droit à la vie et au respect de votre différence.
Dites-le avec vos mots qui sont sacrés et que l’on vous entende à travers toutes les contrées : « Nous sommes l’un des peuples premiers et nous avons droit au respect de notre différence et de note vie ! » (Nekwni si Yegduden Imezwura ; nessafad awaâr d-ugared n tudert-nnegh i lebda !)  

Alors le peuple premier chassa à jamais sa jalousie. Et chaque jour qui passait, chacun se fit proche de son frère. Chacun se mit à tendre la main pour l’autre. Chacun se fit solidaire de son frère et de son voisin… Et les archs purent renaître et regarder de nouveau enfin vers ce soleil dont le Souverain Suprême avait bien voulu les éclairer encore et à jamais de ses rayons qui répandait de sa chaleur leur nom à travers la terre de leurs ancêtres. Alors, on ne les appelait plus « Peuple qui s’abreuve de jalousie », mais « Peuple qui s’abreuve de sagesse et d’union ».
Seg’mi d-ayen ur sen-sawalen uli « Agdud itessen di tismin », seg’mi ssawalen-as « Agdu itessen di tmusni ttdukli ».

C’est ainsi… et le Souverain Suprême leur ouvrit la porte de la lumière !

Akka-gi… Segmi Agellid Ameqqwran illi-yasen taggurt n tafat !

A-macahu ! Tellam cahu !
Nnigh-t i tlam, tafat a-t tessefru !
Hkigh-t i ljid, azru yedhsa, yettru !
Nnigh-t i tziri izerî-t wadhu !

Laânaya g_izri d-izem !

C’était un mythe, soyez heureux !
Je l’ai dit la nuit, la lumière va le démêler,
Je l’ai conté au jeune noble, le rocher a ri et pleuré
Je l’ai conté au clair de lune, le vent l’a emporté !

La protection du mythe est pareille à celle du lion !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :