Publié par : youcefallioui | février 4, 2012

Tafsut-Normandie ou la constance kabyle

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tafsut-Normandie ou la constance kabyle

 

A chaque fois que Tafsut-Normandie me fait l’honneur de m’inviter, j’ai hâte d’arriver à Rouen où Michel nous attend toujours avec la même gentillesse à notre descente du train. La voiture n’est pas loin. Direction le salon du livre de la jeunesse de Rouen. Et là, Micheline, un rayon de soleil dans les yeux nous accueille fraternellement :

–        Je suis très  heureuse de vous revoir !

–         Avez-vous fait un bon voyage ?

–         Allez-vous bien à Paris ?

–         Comment se portent les enfants ?

–         Voulez-vous boire quelque chose  ?

–         Etes-vous bien ? etc.

 Nous étions tellement bien avec vous ma chère Micheline !!

Toute l’équipe est là et attend patiemment qu’elle nous libère ! Et chacune et chacun s’avancent alors avec la même gentillesse, la même fraternité et la même joie de se retrouver comme les Franco-Kabyles de Rouen savent si bien le faire.

Que de sourires de bienvenue ! Que d’embrassades affectueuses et pleines de tendresse !

Ils sont nombreux et chacun semble lié à cette Association comme si elle représentait le point d’attache où les échanges dans la courtoisie et la fraternité durent depuis plusieurs années.  Saïd et Nadia sont toujours là, avec leurs créations de plus en plus belles. Un mur leur est réservé où les visiteurs du Salon peuvent admirer l’art kabyle dans toutes ses dimensions. Joëlle, Marie-Paule, Michel le Kabyle (comme il me le précise, d’autant plus qu’il est de mon Arch, de ma tribu… c’est dire que même les montagnes kabyles se rencontrent, quand la bonne volonté et la fraternité servent de liens !). Fahima, enseignante de tamazight de l’Association Tafsut nous relate alors ses déboires avec le représentant consulaire algérien qui ne veut plus lui payer les cours. Toutes les démarches et les tentatives pour le ramener à la raison sont restées vaines ! Tamazight langue nationale ? Non ! Il ne reconnaît pas ce que l’Etat algérien reconnaît ! C’est dire que dès qu’il s’agit de la Kabylie, la même bêtise, la même hargne intolérante dans sa réification ressurgit ici comme en Algérie !

Aussi, durant les deux tables rondes, j’ai dû mettre l’accent sur certains faits historiques qui n’ont pas été du goût de certains qui s’érigent en donneurs de leçons et qui veulent encore, avec leur hargne habituelle,  nous cantonner dans une Algérie intolérante et bornée.  L’Algérie dans laquelle j’ai été élevée est celle que les anciens Kabyles appelaient « L’Algérie des Lumières » (Lezdayer n tafat).

Mais malgré toutes ces difficultés, Tafsut continue de tracer le chemin de l’amazighité et de la kabylité… Chacune et chacun ici savent que lorsque l’on se bat et que l’on œuvre pour le savoir et la culture, le chemin s’élargit et s’ouvre malgré les difficultés et l’ignorance et l’intolérance. Car à Rouen, la culture tisse des liens. Et ces liens sont forts et résistants. Comme l’on dit en kabyle : « Bats-toi pour la vérité et tu triompheras ! »

 

Le soir venu, Alexis et Joëlle nous accueillent autour d’un feu de cheminée. Quelle chaleur et quel bien-être ! L’on se croirait autour du Kanoune en Kabylie ! Le salon du livre continue… Et chacun est là pour dire ce qu’il pense de la journée et du comment aborder les années futures. Et oui, comme disait si bien les Anciens : « Il n’y a point de chemin qui ne s’ouvre aux  gens de bonne volonté ! »

Et là où l’union et la fraternité résident, tout est possible pour les Kabyles !

Je n’en veux pour preuve que ses enfants qui viennent et qui demandent à ce que je leur présente le contenu d’un livre dont la couverture (« L’oiseau de l’orage » ou bien « La sagesse des oiseaux ») les a frappés. Alors s’ensuivait un échange autour d’un conte ou d’un mythe… Et je vois dans leurs yeux curieux et rieurs toute la joie de se retrouver comme Kabyles dans une communauté (soyons fiers de ce mot : « La communauté kabyle ») ouverte sur sa langue et sa culture. Et comme tous les enfants, le voyage leur est facile à travers le conte. Et les questions fusent : « Comment ? » « Pourquoi » ? « Que veut dire ce mot ? » Que signifient les mots magiques « Amacahu ! Tellam cahu ! »

Et comme le bonheur n’arrive jamais seul (ma formule favorite), chaque enfant se met à me dire quelques mots en kabyle pour affirmer son appartenance à sa communauté, et son désir d’apprendre chaque jour un peu plus la langue amazighe, la langue de ses ancêtres. Cet apprentissage ne ressemble pas aux autres apprentissages. J’ai compris une chose qui relève de ce bonheur de saisir à travers la littérature orale kabyle ce qu’elle a gardé comme traces mnésiques. Au détour d’une conversation, Micheline « met le doigt » sur ce que tous ces enfants ne pouvaient exprimer. Ils savent que le responsable algérien refuse de payer l’enseignante de tamazight. Il l’aurait sans doute fait, si elle enseignait la langue arabe…C’est une anecdote  – un fait grave – qui remet en surface tous les outrages et les tragédies vécus et que continuent de vivre la Kabylie et le peuple amazigh.

« Pourquoi le responsable algérien refuse de payer l’enseignante de tamazight », me demande cette petite fille (dont j’ai oublié le nom, qu’elle me pardonne !)

Comment lui répondre ? Que lui dire ? Quels sont les mots à choisir, quand il n’y a pas de mots pour signifier l’ignorance et l’intolérance et le racisme ! Comment dire à une enfant que ce responsable est raciste à l’égard des Kabyles alors que les étrangers vivent quotidiennement le racisme en France ? Malgré les recours et les démarches multiples de Micheline, pourquoi ce responsable s’obstine-t-il à refuser de payer les cours de tamazight (langue nationale !) assurés par une enseignante compétente ? C’est évidemment un déni de justice que nous, qui avions quitté l’Algérie à cause de la dictature de Boumediene, comprenons.  Mais comment l’expliquer à un enfant kabyle qui sait que l’autorité algérienne refuse de rémunérer sa « maîtresse de kabyle » ?

Pendant que je cherchais mes mots et voyant mon embarras, elle me prit de court et me dit : « Mon père m’a déjà expliqué pourquoi. Tu sais, nous avons lu ensemble ce que tu as écrit dans « La sagesse des oiseaux ». J’ai compris pourquoi le gouvernement algérien déteste les Kabyles et leur langue… parce que les gens qui gouvernent l’Algérie sont bêtes et méchants… c’est tout simple…mais cela ne fait rien… nous continuerons d’apprendre notre langue… ».     

Un monsieur surgit de la foule, entoura la petite fille affectueusement de ses bras et me dit fièrement : « C’est ma fille ! »

Les anciens Kabyles disaient :  « Comme disent les enfants, viendra demain ! » (Akken nnan warrac ara yili wzekka !)

Publicités

Responses

  1. Azul a gma Youcef,
    Récit très émouvant et enchanteur, d’autant plus que je suis également en Normandie à 100 km de Rouen, et je suis désolé de ne pas connaitre cette association si admirable.

    Cela fait bientôt 52 ans que je suis en France et depuis m
    le 30 mars 1969 en Normandie, dernier voyage en Kabylie en 2007, ciel que nous sommes occupés, entre Tizi et mon village de Maâtkas 20 km pour 14 barrages sans compter les commissariats et les gendarmeries, sans oublier les faux barrages; c’est à se demander que fait le 1/3 de l’armée Algérienne installée en Kabylie.

    Tu parles de tamazight ou sont les enseignants, sont-ils payés, qui peut leur donner les facilités d’apprendre.

    A gma il u a surement quelque chose a faire mais dans l’immédiat nous sommes encerclés de toutes parts entre le pouvoir d’Alger et le barbus islamistes assassins, il est plus que temps que le sang de nos anciens vibre en nous, devant notre indépendance volée, notre langue qui s’arabise de plus en plus, notre culture qui s’assimile chaque jour un peu plus; je finirais en te disant qu’un raciste-ignorant et intolérant ne deviendra jamais intelligent pour nous être reconnaissant.

    Bien amicalement à toi et à l’association de Rouen.
    Ramdane.

    http://ram1546.skyrock.com/

    http://wwwautonomie.blogspot.com/

    http://fr.netlog.com/otorram

  2. Merci Youcef pour ton vibrant plaidoyer en faveur de l’enseignement de la langue kabyle et pour toutes les gentilles choses que tu as dites.
    C’est toujours un plaisir de te voir à Rouen avec Hélène.

    Michel Molinier

  3. Je suis française,je suis allée en vacances dans une famille d’Ait-Zaim communeMaatkaas,je ne connaissais pas du tou ni le pays ni la famille(connu par internet) j’en garde un magnifique souvenir et je souhaiterai y retourner pour y rester mais ça je dois étudier ça comme il faut j’aimerai apprendre le Kabyle,mais voilà,où trouver un professeur,j’habite en Charente-Marime à 60kms de La Rochelle,c’est un jeune kabylle qui m’a donner le nom de votre cite trés interressant d’ailleurs.Je vous laisse mon adresse mail et si vous le pouvez j’attends de vos nouvelles,merci bcp amitiés Josie

    • Bonjour madame,

      Désolé de vous répondre avec un peu de retard. Je suis content et ému par l’intérêt et l’amour que vous portez à notre pays (le pays kabyle) et à notre langue. Rapprochez-vous de la CBF (Confédération des Berbères de France) pour voir si une Association serait plus près de chez vous pour apprendre la langue Kabyle.
      Recevez, chère madame, mes salutations les plus respectueuses.

      Youcef Allioui

      • Bonjour Mme Blais, azul youcef,

        Voyant écrit le village Aït Zaïm; j’ai eu petit frémissement au coeur, en effet ce village se situ à moins de 2 Km à vol d’oiseau de chez-moi, juste à côté de Souk-el-Khemis Maâtkas et à 25 Km de Tizi-Ouzou-

        Vous comprendrez bien Madame que je ne peux en dire plus sur la page de notre ami Youcef.
        Pour parler Kabyle : 1) il y a un dictionnaire Français Kabyle, 2) dans nos montagnes la langue Kabyle est parlée couramment dans les familles.

        Le message précédent le votre avec les liens de blogs m’appartient et si vous souhaitez entrer en contact avec moi, ne vous reste qu’à me laisser un message avec votre e-mail; merci à vous.

        Bien cordialement Ram.
        Amitiés Youcef.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :