Publié par : youcefallioui | janvier 12, 2020

Avuddu n Yennayer Anayer – Vœux de Nouvel an Amazigh Yennayer Sacré

Abuddu-ynu n Yennayer 2970

 I

kunwi s-Imazighen anda ma tellam.

 Tous mes vœux de Yennayer 2970

Nouvel an amazigh

Jours divins et de lumière

Pour mon peuple menacé

 Yennayer – Laâwacer n tafat

I wegdud-ynu amazigh ittwashillfen

 All my wishes of Yennayer on 2970

Amazigh New Year

Divine days and of light

For my threatened people

________________________

 

Yennayer, au temps où les mots avaient un sens

 Autrefois, pendant la veillée de Yennayer – Nouvel an amazigh berbère, l’usage voulait que l’on chante cette grande fête amazighe qui durait 7 jours et 7 nuits. Ces journées étaient appelées « Jours divins » (Ussan n Laâwacer). Les gens devaient se congratulaient et se pardonner. En s’embrassant, chacun disait à l’autre : « Tous mes vœux de Yennayer jours divins, que nous demeurions ensemble en bonne intelligence ! » (Urawen n Yennayer d Laâwacer, a-nezg a-nâacer !)

 Le soir, chacun donnait de la voix. Dans ma famille, c’était mon père – dont la voix portait au loin – qui entonnait en premier le chant sacré. A la fin du chant, il répétait par sept fois : «  Ô Jours divins des lumières ! Que celui qui chercher le bonheur, le trouve ! » (A Laâwacer n tafat ! Win innudan f-zznaf yufa-t !

Alors, il nous embrassait du regard en nous disant : « Que vous ne pleuriez jamais, enfants ! » (A-wer tettrum a Tarwa !)

 Les vœux de Yennayer Anayer 

Une fois les vœux du père ou du grand-père terminés, la mère ou la grand-mère se levait, la lampe à huile ou à pétrole à la main, pour souhaiter ses bons vœux de bonheur à tous les membres de la famille en commençant par, les enfants – chacun sera nommé par son nom – les grands parents, les parents, les proches, les animaux domestiques un par un. Les vœux s’adressaient également à la nature et aux éléments physiques.

 Dans la mythologie et les croyances kabyles, la nature et la terre sont sacrées. Ainsi, planter un arbre et soigner sa terre est les vœux le plus chère de « Mère Yennayer » (Yemma Yennayer). Je reviendrai un jour sur ce point de nos croyances. Yennayer, étant (à priori !) un mot masculin, pourquoi dés lors cette période porte-t-elle un nom féminin. C’est dire que la société amazighe était avant tout matriarcale. Jadis, avant la christianisation et l’islamisation, il était même indécent de penser que tout ce qui relevait d’une quelconque importance en ce bas monde ne soit pas d’essence matriarcale, féminine.

 Ce sentiment amazigh profondément ancré dans l’inconscient du peuple amazigh-berbère trouve sa résonnance dans le mythe sacré de la naissance du monde et de la création de la première Femme « La mère du monde » (Yemma-s n ddunnit) appelée d’un prénom qui explique l’ancrage dans le matriarcat : « Rosée-Du-Matin » (Nnda-N-Wesru).

 

Revenons à la vie profane pour que le lecteur comprenne la portée de cette tradition : Quand ma mère se mettait en colère « contre les hommes en général et ceux de la famille en particulier », elle » s’exclamait haut et fort – elle qui n’élevait presque jamais la voix ! –

  • « Où êtes-vous en train de paître jusqu’au point d’oublier que sans l’eau, l’arbre dont vous êtes issus n’aurait jamais porté de fruits !? »
  • (Anda-ka teksam almi tettum belli aleccac ansi d-tekkam, ammer macci d-aman werjin yeggwi aâqqa !?)  

 Je vous laisse chercher l’énigme qui se cache derrière ce à quoi ma mère faisait allusion, à travers son coup de colère. Une dame kabyle l’avait bien trouvée. Lors de ma conférence sur mon dernier ouvrage (Histoire d’amour de Sheshonq 1er – Roi berbère et pharaon d’Egypte), elle me questionna dans ce sens…

 

En attendant… Chantons Yennayer Anayer (Yennayer sacré) !

 

 

 

 

 

Urawen n Yennayer Anayer

 A-wi budden yennayer !

Yennayer !

I-wakken a-ttelhu ddunnit

Kra yellan ad yesâu sser

Ccedda a-ttughal ttalwit

Yal ighzer ad yessenser

Akal ad yerwu tissit.

 

A-wi budden yennayer !

Yennayer !

Lehna a d-tress g-exxamen

Aâqqa ihudr-it yifer

Tagmatt tedda d watmaten

Lghella a-ttefsu iger

Tamusni a-ttezdegh ulawen.

 

A-wi budden yennayer !

Yennayer !

Tafat i medden merra

Yal afrux ad yefferfer

Di tmurt i tdel laânaya

Tudert a-ttebnu f liser

Akken nnan Imezwura !

 

(Sghur Yemma, Tawes u-Civan Alliwi – 1909-1992)

 

Vœux de Yennayer fête sacrée des Imazighen

 

Heureux qui célèbre Yennayer !

Yennayer !

Pour que la vie soit douce sur terre

Chaque chose aura son charme

Chaque tourment deviendra paix

Chaque rivière coulera

La terre sera irriguée.

 

Heureux qui célèbre Yennayer !

Yennayer !

La paix veillera sur chaque maison

Le fruit est protégé par la feuille

Comme les frères protègent l’union

Une bonne récolte éclora les champs

La sagesse occupera les cœurs.

 

Heureux qui célèbre Yennayer !

Yennayer !

Chaque être aura sa lumière

Chaque oiseau pourra voler

Dans un pays où le droit d’asile est sacré

Où la vie est faite de bonheur et de paix

Tel est le message de nos Ancêtres !

 

(De ma mère, Tawes ou-Chivane Allioui – 1909-1992)

 

Wishes of Sacred Yennayer

Happy who celebrates Yennayer !
Yennayer !
So that the life is soft on earth
Every thing will have its charm
Every agony will become peace
Every river will flow
The earth will be irrigated.

Happy who celebrates Yennayer !
Yennayer !
The peace will stay up every house
The fruit is protected by the leaf
As the brothers protect the union
A good harvest will open fields
The wisdom will occupy hearts.

Happy who celebrates Yennayer !
Yennayer !
Every being will have its light
Every bird can fly
In a country where the right of asylum is crowned
Where the life is made by happiness and by peace
Such is the message of our Ancestors !

 

(From my mother, Tawes ou-Chivane Allioui – 1909-1992)

 

PS : Je sais que mon anglais n’est pas terrible… Mais, gare aux moqueurs ! Je vais le dire… à ma mère ! Ad Yaafu Rebbi fell-as ! A-tt Ugellid Ameqqwran di Tgemmi-ynes, Tazenfant n Yemma : Tawes Ou-Chivane Bouzidi des Ijâad Ibouziden ; héritière de son noble ancêtre Si Aali Ou-Bouzid fondateur de la Cité qui porte son nom Ibouziden.

 

 


Responses

  1. asugas yufraren win yifan ak wiyidh,tudart ghuzifan, zidigen,a kihrez,mass aliwi.
    Merci de nous avoir procuré un peu du rève,de nous avoir télèporté dans notre mythique lointain passé .Grace à vous,il revit et s’habille de magie.
    Merci de nous reconcilier avec notre histoire , elle est tellement belle notre histoire,et notre héritage si riche et divers.
    Enseignante,je vous ai consacré un moment de mon cours pour partager avec mes élève quelques uns de vos traveaux.Ma façon à moi de vous rendre homage,mr Allioui.
    Tanmirt,u afud iguerzen.
    Excusez moi mon manque de maitrise de l’ecrit en Tamazight,je promis de m’améliorer.
    De: Tamazouzt Bouzidi,enseignante d’anglais à Ouzellaguen

    • Azul a Tamaazuzt !
      Je ne savais pas que j’avais une petite cousine professeur d’anglais !? C’est une nouvelle qui me remplit de joie. Et cette joie est double, étant donné votre magnifique et gentil message. Je vous remercie infiniment ! J’essaierai de faire mieux ! Pour me contacter directement : youcefallioui@gmail.com
      Je vous souhaite encore Urawen n Yennayer Imezwura ! A-kem Ihrez Ugellid Ameqqwran yakw de wid aazizen fell-am d fell-agh !
      Ar tufat, lehna tafat fell-am ! Youcef Ouchivane Allioui

  2. Bonjour Youcef et cher voisin d’Ighzer,
    Sbah delkh
    Je souhaite assister à l’une de vos conférences et tout simplement vous revoir, si vous vous souvenez encore de moi.
    Amitiés,
    Rekia, fille de Nna Yamina et Sid lMouloud amie de votre père et mère.

    • Azul a Rekia !
      Quelle surprise et quel bonheur d’avoir de tes nouvelles ! Tu es aussi mon amie et mon amie d’enfance. Je serais heureux de te revoir quand tu veux. Je t’envoie dans quelques instants un courrier par email. Avec toute l’amitié et l’affection qui m’habitent.
      Youcef Ouchivane


Répondre à Bouzidi Tamazouzt Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :